Le secret des chaussettes

En cas de blessure au pied où d'ampoules on en a souvent après ses baskets. Mais on oublie souvent l'impact d'une bonne paire de chaussettes. En effet leur rôle principal est d'éviter les frictions. De nos jours les chaussettes sont de plus en plus techniques et sont liées au type de pratique associée.

 compression_zone_chaussettes_de_performence_2_1352157879

Les chaussettes de course à pied sont principalement plus renforcées au niveau des orteils pour éviter les frottements ainsi que sur la partie arriére de la chaussure. De plus, la partie interne entre le gros orteil et le talon est plus épaisse car les inflammations y sont souvent plus fréquentes.

De plus de nos jours elles permettent de réguler plus facilement la chaleur, en effet pour éviter les ampoules elles sont conçues en fibre plus ventilatoire ce qui permet dans la théorie d'évacuer jusqu'à 25 centilitres de transpiration par pied.

Il est donc conseillé d'éviter d'utiliser des chaussettes en coton lors d'utilisation sportive intensive. Les chaussettes techniques réservées à une utilisation purement running sont dorénavant équipées de zone spéciale qui joue un rôle de thermorégulateur du fait de leur surface plus épaisse. Ces zones sont aujourd'hui représentées par des symboles ou couleurs différentes comme ont peu le voir ci-dessous :

compressport_chaussettes_sport_trail_noir_green_1360531744

Les chaussettes de trail sont équipées de fibre thermocool qui permettent de mieux faire face aux écarts de températures souvent importants, entre le début et la fin de la course. Ces écarts de températures sont souvent provoqués par la différence d'altitude où au passage répétitif dans des petits cours d'eau.

De nos jours on voit beaucoup l'apparition de chaussettes de récupération et de booster, alors, qu'en est-il ?

Le booster est un manchon de compression qui n'englobe pas la cheville, il est fortement conseillé de demander conseil auprès de spécialiste afin de trouver et calculer au mieux la taille idéale.

 

mb000000379

 

En effet une fois la taille idéale trouvée le booster s’enfile, se positionne, et s’enlève en un rien de temps.

A première vue le port de celui-ci ne dérange pas, il est même plutôt agréable car la compression est dosée pour ne pas écraser le mollet.

Ce type de manchon ne remplace pas une chaussette. En effet il est juste là pour comprimer le mollet et s’adapte facilement à des socquettes bases. Des chaussettes hautes sont déconseillées avec l’utilisation du booster car la surépaisseur peut entraîner une plus forte compression qui pourrait ainsi devenir désagréable.

 

Mais il ne suffit pas d’être à l’aise dans un manchon pour que celui ci nous aide à nous améliorer. Alors qu’elle est la touche médicale de ce booster ?

Tout d’abord celui-ci nous compresse le mollet et permet ainsi d’aténuer tous les mouvements oscillatoires et vibratoires qui sont les causes principales de fatigue et de lésions musculaires.

De plus la Contention/Compression progressive du manchons améliore le retour veineux qui favorise alors l'oxygénation musculaire, tendineuse et ligamentaire optimisant ainsi la performance.

De plus si on s’habitue à porter régulièrement un manchon lors d'activités physiques celui-ci repousse la sensation gênante de jambes lourdes et permet ainsi de limiter les blessures ainsi que les crampes.

 

 

logo-attention

 

Si le booster est si bénéfique à l’effort, il est fortement déconseillé de l’utiliser lors des phases de récupération et de transport. Il est alors préférable de porter des chaussettes dites de récupération.

En effet la contention compression est différente du booster et permet ici l'élimination rapide du sang veineux mal oxygéné et rempli de toxines (acide lactique responsable des crampes notamment).


Publié le mardi 26 août 2014 à 17h54
Dernière modification le mardi 09 septembre 2014 à 11h38

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez le avec vos contacts en cliquant sur les boutons ci-dessous :