Interview de Guillaume Romain

Romain Guillaume est un triathléte du team Uplace-BMC. Rom est en pleine préparation pour les championnat du monde mais on compte bien le retrouver sur la plus haute marche lors de l'Ironman Nice le 28 juin. Prennez le temps de lire cette petite interview afin de mieux comprendre son parcours.

Nom : Guillaume

Prénom : Romain

Surnom : Pocketrocket

Taille : 168cm

Poids : 63kg

Pouls au repos  : 36

Statut : Triathlete Pro

Quelle est la ou les pratiques de triathlon que vous préférez ? Ironman et 70.3

IMG_0767Equipement :IMG_0296

Chaussures de course à pied  : Zoot

 

Vélo de route : BMC TM01

 

Combinaison néoprène : Sailfish G-range

 

Sponsor : Uplace-BMC Pro Triathlon Team, Zoot, Cg39,Tekday,

Convergence Patrimoine, QueenK Shop, Finovea Conseils

 

Questions personnelles :

Si demain vous partiez sur une île déserte quelle est la première chose que vous emmèneriez ? Mes lunettes de natation

Quel est votre meilleur souvenir ? Avoir été en tête à Hawaii en 2012

Avez-vous un grigri, une phrase-clé qui vous motive ? "Fais ta propre course."

Ecoutez-vous de la musique avant une compétition pour vous motiver ? Si oui quel style de musique ? Non, je préfère rester au calme.

Ou aimez vous partir en vacances ? Embrun, comme chaque année depuis ma naissance.

Quels loisirs exercez vous lors de vos coupures ? La randonnée, le surf, passer du temps en famille.

Pourquoi avez-vous choisi ce sport ? Mon père le pratiquait, j'ai essayé et moi aussi j'ai beaucoup aimé!

Quels sont vos objectifs à court terme et dans les prochaines années ? En 2015 je souhaiterais remporter l'Ironman de Nice et un TOP8 à Hawaii. Sur le long terme un TOP5 à Hawaii.

Qu'est-ce qui vous donne davantage de satisfaction, dépasser le rival ou vous surpasser vous-même ? Je me donne souvent des objectifs qui sont durs mais réalisables, toutefois uniquement si je suis prêt à 100%. Aussi, réaliser mon objectif est bien souvent une satisfaction tout comme de dépasser mes rivaux ET aussi de dépasser mes limites!

IMG_0267

Questions sportives :

Dès votre plus jeune âge vous avez été directement bercé par le monde du triathlon jusqu'à vos 18 ans où vous avez décidé de prendre un peu de recul avec le milieu du triathlon courte distance, car l'effort et l'ambiance ne vous convenaient plus. Vous êtes revenu à la compétition dès 2005 sur les efforts longues distances donc pour vous en quoi l'ambiance est-elle si différente entre les courtes et les longues distances ? Bien que sur les deux formats il y ait des athlètes professionnels, je trouve que dans les longues distances il y a une humilité et sympathie que je n'ai pas trouvé l'année où j'ai fait des Grands Prix. J'ai trouvé les athlètes du court bien plus agressifs et stressés que ceux du long lors de la course.

J'adore que les athlètes du long, élites ou amateurs soient mélangés lors de la même course. Pour moi le triathlon est un sport synonyme de partage, d'amitié et le fait de courir tous ensemble sur la même course favorise cette bonne ambiance et convivialité. En long que tu sois Pro où non tu peux exploser et finir en marchant, n'importe quand !!

Les triathlons de longues distances nécessitent énormément de temps d'entrainement, comment arrivez-vous à gérer la vie sportive et la vie personnelle ? Question très pertinente!! Toutefois je dois ajouter que les meilleurs athlètes du court font eux aussi de gros volume d'entraînements.Gérer vie sportive et vie personnelle est assez aisé pour le moment étant donné que ma copine Jeanne Collonge est elle aussi Triathlete Pro. Nous comprenons tous les deux les besoins de chacun et nous nous y adaptons. Nous avons aussi quasiment le même rythme de vie et d'entraînements du coup cela reste simple. Toutefois d'ici quelques années lorsque nous aurons des enfants cela risque d'être un poil plus compliqué!

Durant un effort aussi long on a toujours un petit passage de moins bien, à quoi pensez-vous durant ce laps de temps pour vous remotiver ? Jusqu'à 2014 j'avais toujours du mal à passer ces moments de moins bien, la seule chose qui me raccrochait à batailler était d'être toujours au contact du podium. Lorsque ce n'était plus le cas je ne m'accrochais plus autant.

Maintenant j'ai compris que tous les athlètes passent par des moments de moins bien, à chacun alors de rester positif pour passer au delà. Pour ma part quand je ne suis pas au top je me dis que tous les autres vont passer par ces moments là et que je peux les rattraper. C'est ce qui s'est passé à Hawaii en 2014 lorsqu'a pied j'ai passé O'Donnel, Raelert et Vanhoenacker entre le 22 et 27eme km. Eux qui m'avaient doublé comme des boulets de canon quelques km auparavant...

Durant cette saison 2014 vous avez notamment changé d'équipe pour rejoindre le team Uplace-BMC pro triathlon, comment vous êtes vous intégré à l'équipe et en quoi cette structure vous a encore permis d'évoluer ? Début 2014 j'ai eu l'occasion d'intégrer le team Uplace-BMC Pro Triathlon Team et cela a été un grand pas en avant dans ma carrière. En plus d'avoir un salaire fixe, un budget déplacement, nous avons un directeur sportif qui gère nos déplacements, demande de matériel, un kiné sur nos stages et courses importantes, un mécano, un physio, un médecin, etc. Bref, à l'exception de nos entrainement et être performant sur nos course, nous n'avons rien à gérer ! Ceci m'a beaucoup libéré psychologiquement, moins de stress pour vivre et organiser la logistique.

Après un top 10 en 2014 au championnat du monde (hawai), comment percevez-vous la suite de votre carrière ? Qu'allez-vous mettre en place pour continuer de progresser dans le classement mondial ? C'est vrai que mon TOP10 était une grande satisfaction, je dirais même une consécration! Mais maintenant je rêve de mieux, un TOP8 pour 2015! J'aimerais petit à petit me rapprocher d'un TOP5 mais pour cela il faut que je travaille ma course à pied. Avec mon coach Yves Cordier nous travaillons dur pour gagner en endurance mais aussi en vitesse.

Le temps va aussi jouer en ma faveur pour progresser puisqu'a 30ans je vais rentrer dans les bonnes années niveau maturité physique. Je ne sais pas si je vais arriver a mes fins mais quoi qu'il en soit je m'en donne les moyens et prends plaisir à le faire!!

Ou allons-nous-vous retrouver pour la suite de cette saison 2015 ? 

Tout est déjà programmé! Cette saison je devrai être présent à:

 - Ironman Nice le 28 juin

 - Ironman 70.3 Wiesbaden le 9 août

 - Ironman 70.3 Lanzarote le 20 septembre

 - Ironman Hawaii le 11 octobre

 - Ironman Malaysia le 14 novembre

 

Si vous souhaitez être au plus proche de romain nous vous conseillons de consulter son site internet et plus particuliérement son blog à cette adresse.


Publié le jeudi 25 juin 2015 à 10h13
Dernière modification le jeudi 25 juin 2015 à 10h14

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez le avec vos contacts en cliquant sur les boutons ci-dessous :